Nos Croyances

 

 
 

+ Les Écritures

La Bible est la Parole inspirée de Dieu, le résultat des hommes saints d’autrefois qui ont parlé et écrit alors qu’ils étaient poussés par le Saint-Esprit et nous acceptons comme guide infaillible le contenu se rattachant à son enseignement et sa doctrine. (2 Timothée 3 : 16; 1 Thessaloniciens 2 : 13; 2 Pierre 1 : 21 )


+ La Divinité

Notre Dieu est Un, mais manifesté en trois personnes – le Père, le Fils et le Saint- Esprit, étant tous égaux.(Philippiens 2 : 6 ) Dieu le Père est celui qui a envoyé la Parole (logos) ( Jean 1 : 14; Jean 3 : 16 )Le Seigneur Jésus-Christ est Dieu le Fils fait chair. Il existait avec le Père depuis le commencement . Il a été conçu par le Saint-Esprit et né de la vierge Marie. ( Jean 1 : 1, 14; Luc 1 : 34-35 )


+ L’HOMME, SA CHUTE ET SON RACHAT

L’homme est un être créé, fait à la ressemblance et à l’image de Dieu, mais à travers la transgression et la chute d’Adam, le péché est entré dans le monde. Jésus-Christ le Fils de Dieu, a été manifesté pour détruire l’œuvre du diable et a donné sa vie et a versé son sang pour racheter et ramener l’homme à Dieu. ( Romains 5 : 14; 3 : 10, 23; 1 Jean 3 : 8 )


+ LA VIE ÉTERNELLE ET LA NOUVELLE NAISSANCE

Le premier pas de l’homme vers le salut est une tristesse pieuse qui amène à la repentance. La nouvelle naissance est indispensable à tous les hommes, et lorsqu’elle est exercée, produit la vie éternelle. ( 2 Corinthiens 7 : 10; 1 Jean 5 : 12; Jean 3 : 3-5 )


+ LE BAPTÊME D’EAU

Le baptême dans l’eau par immersion, est un commandement ordonné de notre Seigneur, et est pour les croyants seulement. L’ordonnance est un symbole de l’identification chrétienne avec Christ dans sa mort, son ensevelissement, et sa résurrection. (Matthieu 28 : 19; Romains 6 : 4; Colossiens 2 : 12; Actes 8 : 36-39 )


+ LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT

Le baptême du Saint-Esprit et de feu est un don de Dieu promis par le Seigneur Jésus-Christ à tous les croyants dans la dispensation et est reçu subséquemment au salut par l’évidence initiale du parler en d’autres langues comme le Saint-Esprit lui-même donne de s’exprimer. ( Matthieu 3 : 11; Jean 14 : 16-17; Actes 1 : 8; 2 : 38-39; 19 : 1-7; 2 : 4 )


+ LA SANCTIFICATION

Nous croyons à la Doctrine de la Sanctification comme un accomplissement précis de la grâce, toutefois progressif, débutant au moment de la régénération et continuant jusqu’à la perfection du salut au retour de Christ. ( Hébreux 12 : 14; 1 Thessaloniciens 5 : 23; 2 Pierre 3 : 18; Philippiens 3 : 12-14;1 Corinthiens 1 : 30 )


+ LA GUÉRISON DIVINE

La guérison est pour les maux physiques du corps humain et est à l’œuvre par la puissance de Dieu à travers la prière de la foi, et par l’imposition des mains. Cela est pourvu en raison de l’expiation de Christ, et c’est le privilège de chaque membre de l’église aujourd’hui.( Marc 16 : 18; Jacques 5 : 14-15; 1 Pierre 2 : 24; Matthieu 8 : 17; Ésaïe 53 : 4-5 )


+ LA RÉSURRECTION DES JUSTES ET LE RETOUR DE NOTRE SEIGNEUR

Les anges ont dit aux disciples de Jésus: « ...ce même Jésus...reviendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. » Son avènement est imminent. Lorsqu’il viendra, « les morts en Christ ressusciteront premièrement : Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs... »( Actes 1 : 11; Thessaloniciens 4 : 16-17 )

Suivant la Tribulation, il va revenir sur terre comme Roi des Rois, et Seigneur des Seigneurs, et ensemble avec Ses Saints, qui seront rois et prêtres, il va régner pendant mille ans. ( Apocalypse 20 : 6 )


+ L’ENFER ET LE CHÂTIMENT ÉTERNEL

Celui qui meurt physiquement dans ses péchés sans accepter Christ est perdu éternellement et sans espoir dans le Lac de Feu et, par conséquent, n’a aucune opportunité supplémentaire d’entendre l’évangile ou de se repentir. Le Lac de Feu est littéral. Les termes ‘’ éternel ’’ et ’’ perpétuel ‘’, utilisés pour décrire la durée du châtiment du damné dans le Lac de Feu, ont la même pensée et signification que l’existence sans fin utilisée pour dénoter la durée de joie et d’extase des saints dans la présence de Dieu. ( Hébreux 9 : 27; Apocalypse 19 : 20 )